Le bénéfice des traitements par thérapie ciblée a été démontré pour les carcinomes à cellules claires en situation métastatique mais la prise en charge du cancer du rein soulève encore des questions auxquelles seuls les essais cliniques permettent d'apporter des réponses rigoureuses :

  • Quelle est la place des traitements "adjuvants" (traitements « préventifs » utilisés dans le but de diminuer les risques de rechute locale ou à distance (métastases) après une chirurgie) et des traitements "néo-adjuvants" (traitements administrés avant une intervention chirurgicale) ?
  • Y a-t-il un intérêt à associer des thérapies ciblées ? Avec quel profil de tolérance ?
  • Comment positionner au mieux les séquences thérapeutiques ?
  • Existe-t-il de nouvelles stratégies pour contrer la résistance aux anti-angiogéniques ?
  • Quelle est l'efficacité de ces traitements pour les autres formes histologiques ?
  • Existe-t-il des facteurs prédictifs de réponse ?
  • Est-ce que certains traitements sont mieux supportés ?

Différents essais cliniques sont actuellement en cours dans le monde et en France pour essayer de répondre à certaines de ces questions afin d'améliorer la prise en charge du cancer du rein.

LES ESSAIS CLINIQUES CONCERNANT LE CANCER DU REIN ACTUELLEMENT OUVERTS AUX INCLUSIONS EN FRANCE

Dans ce tableau, les essais sont regroupés selon les caractéristiques qui correspondent aux critères d'inclusion demandés pour participer à l'étude ; le nom de l'essai se trouve dans la colonne à droite. Afin de faciliter la lecture du tableau, une couleur différente est utilisée selon la phase de l'essai :  phase 1  phase 2  phase 3.

Pour plus de renseignements, n'hésitez pas à nous contacter.

CANCER DU REIN METASTATIQUE D'EMBLÉE, NON OPÉRÉ

L’efficacité des antiangiogéniques a conduit à reconsidérer l’intérêt d’une néphrectomie systématique en présence de métastases. L’objectif est ici d’évaluer l’intérêt de la néphrectomie première en association à un traitement par un anti-angiogénique, chez des patients ayant un cancer du rein métastatique, c'est-à-dire si les patients métastatiques doivent bénéficier ou non d'une néphrectomie.

Cancer du rein métastatique d’emblée, tumeur accessible à la néphrectomie Essai de phase 3 randomisé et multicentrique, comparant un traitement anti-angiogénique (le sunitinib) à une néphrectomie suivie d'un traitement antiangiogénique chez des patients ayant un cancer du rein métastatique d'emblé. CARMENA

TUMEUR DU REIN NON OPÉRÉE

Les cancers du rein sont le plus souvent traités par chirurgie. Lorsque la tumeur est volumineuse, la chirurgie consiste en général à retirer la totalité du rein. Mais pour préserver la fonction rénale, il semblerait intéressant de ne retirer qu’une partie du rein, ce qui pourrait être favorisé par une réduction de la taille de la tumeur grâce à un traitement médical péalable. Une réduction de la taille de la tumeur pourrait également faciliter la chirurgie de certains cancers du rein localement avancés ou métastatiques.

On parle alors de traitement "néo-adjuvant".

  Aucun essai actuellement ouvert aux inclusions en France.  

CANCER DU REIN SANS METASTASES, APRÈS CHIRURGIE

Lorsqu’un patient est opéré d’un cancer du rein non métastatique, le risque de rechute peut être évalué par la taille de la tumeur, son grade histologique, déterminé par l’analyse anatomo-pathologique de la tumeur, et son degré d’extension à la graisse, à la veine rénale ou à la veine cave ou aux ganglions de voisinage. Ces éléments permettent de définir un risque dit intermédiaire ou élevé de rechute.

A l'heure actuelle, il n'y a pas de traitement reconnu efficace pour prévenir l'apparition de métastases (traitement dit "adjuvant"), après une néphrectomie pour cancer du rein à risque de rechute et seule la surveillance est recommandée en dehors d'un essai thérapeutique. Mais est-ce qu'il pourrait être utile d'utiliser en préventif les traitements actifs en phase métastatique afin d'éviter une rechute de la maladie ?

L'objectif principal de ces essais est donc de tester l'efficacité de ces traitements et donc de vérifier si un traitement adjuvant pourrait améliorer le pronostic global du cancer du rein vu à un stade encore localisé.

Carcinome rénal à cellules claires opéré, sans métastases, à haut risqe de récidive,  chez des patients jamais traités. Etude de phase 3 dont le but  est de déterminer si un traitement adjuvant par axitinib va empêcher ou retarder la récidive du cancer du rein après une intervention chirurgicale pour enlever la tumeur primaire chez les patients à haut risque. ATLAS

CANCER DU REIN METASTATIQUE

En situation métastatique, les traitements visent à faire disparaitre les métastases, ou au moins ralentir leur progression. Les essais cliniques en cours évaluent de nouveaux agents, comparent l'efficacité de deux traitements différents ou de schémas de traitements différents (ordre dans le quel sont donnés les traitements).

Les essais proposant des traitements en 1ère ligne concernent les patients n'ayant bénéficié d'aucun traitement au préalable alors que les essais de 2ème ligne sont réservés aux patients en échec de traitement de 1ère ligne. Certains essais sont réservés aux patients en échec d’au moins 2 lignes de traitement. Il existe également des essais pour des patients atteints d'un cancer du rein métastatique en échec après différents traitements antiangiogéniques.

Premier traitement (1ère ligne)

Cancer du rein avancé ou métastatique non traité

Etude de phase 2 randomisée visant à comparer un traitement par MPDL3280A en monothérapie ou en association avec le bevacizumab à un traitement par le sunitinib administré à des patients atteints d'un carcinome rénal avancé et non traité.

W029074
Carcinome rénal papillaire (type 1 ou 2) avancé ou métastatique non traité Etude de phase 2 visant à évaluer l'efficacité de l'axitinib pour le traitement du carcinome rénal papillaire (de type 1 ou 2) avancé ou métastatique et non traité. AXIPAP
Carcinome rénal à cellules claires avancé ou métastatique non traité Etude de phase 3 randomisée visant à comparer l’association nivolumab/ipilimumab à un traitement avec le sunitinib (Sutent) chez des patients atteints d’une cancer du rein avancé ou métastatique qui n’ont jamais été traités. Le nivolumab est un anticorps monoclonal qui agit en neutralisant la protéine PD-1 qui est située à la surface des cellules cancéreuses et qui empêche le système immunitaire de les attaquer et de les détruire. L'ipilimumab est un anticorps monoclonal qui peut activer certaines cellules immunitaires (les CTLA-4). CheckMate214
Après échec d'un premier traitement ou de plusieurs traitements
Indication à l’utilisation d’everolimus pour un carcinome rénal avancé après échec ou intolérance d’un ou deux traitements antiangiogéniques. Essai de pharmacocinétique, non randomisé et multicentrique évaluant la tolérance au traitement par everolimus en fonction de la concentration sanguine résiduelle d’everolimus, chez des patients ayant un cancer du rein avancé. PEVERENAL
Cancer du rein en échec des premiers traitements Essai de phase 1 visant à évaluer l'innocuité, la tolérance, et la pharmacocinétique de MEDI4736 chez des patients présentant des tumeurs solides à un stade avancé (cette étude permet de tester une nouvelle stratégie de traitement immunomodulateur (permet de stimuler le système immunitaire contre les cellules du cancer). MEDI 4736
CARCINOME RENAL PAPILLAIRE
Plusieurs types de tumeur présentant une altération de ALK et/ou MET, dont le cancer du rein papillaire de type 1 avancé ou métastatique. Etude de phase 2 permettant de tester le crizotinib dans les cancers du rein papillaires de type 1 avancés ou métastatiques. CREATE
CARCINOME DE BELLINI
Cancer du rein de type carcinome de Bellini Etude prospective de phase 2, non randomisée, d'évaluation de la gemcitabine associée à un sel de platine en combinaison avec le bevacizumab (Avastin®) dans le traitement des carcinomes métastatiques des tubes collecteurs. BEVABEL

Dernière mise à jour le 20 janvier 2016

L'association | Les tumeurs du rein | Forum | Rencontres Patients | Actualités | Mentions légales | Contact | © A.R.Tu.R - 2012
Association régie par la loi 1901 et le décret du 16 août 1901 ; publiée au J.O. du 06.08.2005 - Association habilitée à recevoir des dons
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Sant (HAS).
Vérifiez ici.

Chercher uniquement dans des sites web
de santé HONcode de confiance :