Pour vous aider à mieux comprendre et dialoguer avec votre équipe soignante, nous vous proposons ce glossaire de termes relatifs au cancer en général et plus particulièrement au cancer du rein.

Abdomen : Couramment appelé ventre, l'abdomen occupe la moitié inférieure du tronc, au-dessous du thorax dont le sépare le muscle diaphragme et au-dessus du bassin qui contient la vessie et des organes génitaux. Il contient presque tout l'ensemble de l'appareil digestif : le foie, la vésicule biliaire, la rate, l'estomac, les intestins, les reins et une partie de l'appareil génito-urinaire.

Ablation : L'ablation d'une tumeur consiste à la retirer dans sa totalité soit par une éxérèse chirurgicale, soit en utilisant des techniques ablatives mini-invasives, par exemple par chauffage (ablation par radiofréquence) ou refroidissement (cryoablation) de la tumeur.

Adénocarcinome : Type de cancer qui se développe à partir des cellules d’une glande (sein, thyroïde, prostate, rein, foie, pancréas, ovaire), ou d'une muqueuse glandulaire (estomac, côlon, endomètre...).

Adénopathie : Augmentation, douloureuse ou non, de la taille d'un ganglion. Une adénopathie peut être provoquée par une infection ou par la migration de cellules cancéreuses qui proviennent d'un organe ou d'un tissu voisin.

Adjuvant : Un traitement adjuvant est administré après une intervention chirurgicale dans le but de diminuer le risque d’une récidive du cancer (et donc d’augmenter les chances de guérison) lorsqu'il n'est pas certain que toutes les cellules cancéreuses ont été détruites. La chimiothérapie et la radiothérapie sont couramment utilisés dans ce but, par exemple pour le cancer du sein.

ADN : L'acide désoxyribonucléique (ADN) est une molécule, présente dans toutes les cellules vivantes, qui renferme l'ensemble des informations nécessaires au développement et au fonctionnement d'un organisme. C'est aussi le support de l'hérédité car il est transmis lors de la reproduction, de manière intégrale ou non. Il porte donc l'information génétique et constitue le génome des êtres vivants.

Aigu : Se dit d’une douleur ou d’une maladie d’apparition soudaine et d’évolution rapide, par opposition à chronique.

Alopécie : Chute partielle ou complète des cheveux et, parfois, des poils (sourcils, cils, barbe, poils des aisselles, du pubis…).

Amyotrophie : Diminution du volume des muscles provoquée par une immobilisation prolongée ou un traitement. On parle aussi d'atrophie ou de fonte musculaire.

Anatomopathologie : Spécialité médicale étudiant l’aspect des organes et des tissus malades. Les constatations faites par les médecins anatomopathologistes au moyen d’analyses microscopiques permettent de définir et de classer précisément les maladies. Dans le cadre des cancers, cette étude permet de confirmer le diagnostic de cancer et d’apporter des éléments pronostiques essentiels.

Anémie : Trouble caractérisé par le nombre inférieur à la normale de globules rouges dans l’organisme.

Angiogenèse : Développement et croissance des vaisseaux. L’angiogenèse tumorale est la prolifération de nouveaux vaisseaux sanguins qui alimentent la tumeur, lui donnant les nutriments et l’oxygène nécessaires à sa croissance.

Anorexie : Perte anormale de l’appétit.

Antalgique : Médicament destiné à lutter contre la douleur.

Anti-angiogenèse : Processus qui inhibe la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins qui sont nécessaires à la croissance du cancer.

Anti-angiogénique : Médicament qui bloque le mécanisme permettant à la tumeur de développer des vaisseaux sanguins, l’empêchant ainsi de se nourrir.

Anticorps : Substance de défense produite par certains globules blancs en réaction à une substance étrangère, un antigène. L'anticorps la reconnaît comme n’appartenant pas à l’individu et la détruit.

Antiémétique : Médicament qui agit contre les nausées et les vomissements. On parle aussi d'antiémétique.

Antigène : Substance repérée par le système de défense de l’organisme qui produit alors des anticorps pour la neutraliser. Dans le cadre du cancer, certaines molécules de la surface des cellules cancéreuses peuvent être des antigènes et permettre la destruction de ces cellules cancéreuses par le système immunitaire.

Antipyrétiques : Médicament utilisé pour faire baisser la fièvre.

Apoptose : Mort programmée des cellules de l'organisme. Les cellules cancéreuses perdent cette propriété.

Asthénie : Sensation de manque d’énergie, d’abattement, d’épuisement ou de fatigue.

Asymptomatique : Qui ne présente aucun symptôme de la maladie. Se dit d'une maladie qui ne se manifeste pas par des symptômes.

Attaché de recherche clinique : Professionnel de santé qui assiste le médecin responsable d’un essai thérapeutique. Dans le cadre de cet essai, il participe à l’évaluation des effets du traitement proposé et fait le lien entre l’équipe médicale et le patient.

Autosomique dominant : Au sujet de la transmission d'une maladie héréditaire, on parle de transmission sur le mode autosomique dominant quand l'anomalie génétique concerne un chromosome non sexuel (autosome) et que la présence d'une seule version mutée du gène en cause est suffisante pour que la maladie s'exprime.

Axillaire : Espace creux situé au niveau de l'aisselle (sous le bras).

Bénigne : Tumeur non cancéreuse. Les tumeurs bénignes peuvent grossir, mais ne s’étendent pas à d’autres parties de l’organisme. On qualifie également ces tumeurs de non malignes.

Bilan médical : Ensemble d’examens médicaux qui évaluent l’état de santé d’une personne à un moment donné.

Bilan hépatique : Bilan de l’état de fonctionnement du foie

Bilatéral : Qui se rapporte aux deux côtés du corps.

Biopsie : Prélèvement d’un fragment d’organe ou de tissu destiné à être examiné au microscope et analysé par un anatomopathologiste. Cette analyse a pour but de préciser le diagnostic d’une maladie. Les techniques utilisées pour le prélèvement dépendent de l’endroit où est placée la tumeur et du type de tissu à analyser.

Calice rénal : Partie initiale des voies excrétrices urinaires où s’abouche une papille rénale, les calices se drainent dans le bassinet du rein. Le bassinet se draine lui-même vers l’uretère puis la vessie.

Canal collecteur : Partie du rein collectant l’urine formée vers les calices.

Cancer : Les tumeurs malignes ou cancers sont des proliférations cellulaires anormales autonomes, agressives, capables de récidiver après traitement et surtout capables de disséminer dans l’organisme, l'apparition de métastases étant l'élément le plus spécifique du cancer.

Carcinome : Cancer développé à partir des cellules du revêtement interne ou externe d’un organe.

Caryotype :  Représentation, formule et ordonnancement (taille) des chromosomes du noyau d'une cellule.

Cellule : Unité de base dont sont constitués tous les organismes vivants. Le corps humain est composé de plusieurs milliards de cellules différentes (cellules de la peau, des os, du sang…) qui se multiplient, meurent et se renouvellent. Des cellules identiques assemblées entre elles forment un tissu. Une cellule devient cancéreuse lorsqu’elle s’est modifiée et se multiplie de façon anormale.

Chambre implantable : Petite boîte placée sous la peau au niveau de la poitrine et reliée à une veine. On injecte alors, grâce à une aiguille, le produit de chimiothérapie à travers la peau dans le sang, sans abîmer les veines des bras. On parle aussi de cathéter, de port-à-cath® ou de PAC.

Chimiothérapie : Traitement du cancer par des médicaments qui détruisent les cellules cancéreuses ou les empêchent de se multiplier. Les médicaments de chimiothérapie peuvent être administrés par injections ou sous forme de comprimés.

Circulation extra-corporelle : Technique de dérivation de la circulation sanguine à l'extérieur du corps utilisée en chirurgie cardiaque.

Clairance de la créatinine : Débit d’élimination de la créatinine par le rein. La clairance permet d’interpréter le dosage de la créatinine en fonction du poids et du sexe et permet ainsi de connaître la qualité de la fonction rénale.

Cœlioscopie : Technique chirurgicale dite « mini-invasive » rendue possible par l’utilisation d’une petite caméra (appelée « coelioscope ») et d’instruments de chirurgie adaptés,  introduits dans l’abdomen à travers de petites incisions.

Comorbidité : Désigne la présence d'un ou de plusieurs troubles associés à un trouble ou une maladie primaire, comme par exemple l'existence d'une pathologie cardiaque en plus d'un cancer du rein chez une même personne.

Compliance : Elle désigne le comportement du patient qui consiste à suivre parfaitement les recommandations médicales.

Consultation d’annonce : Consultation destinée à informer le patient du diagnostic du cancer ou d’une éventuelle récidive, ainsi que des traitements envisagés (voir dispositif d'annonce).

Cortex (ou corticale) : Le cortex rénal est la région située immédiatement sous la capsule rénale. Sur une coupe longitudinale du rein on distingue ensuite une région médiane, la médullaire, et au centre, une cavité en contact direct avec le hile, le bassinet.

Créatinine : La créatinine est le produit de dégradation de la créatine, un des constituants du tissu musculaire, elle est ensuite filtrée puis éliminée par le rein. Son dosage dans le sang (créatininémie) permet un bon reflet de la fonction rénale.

CRP (c-reactive protein) : C'est une protéine qui reflète l'inflammation aiguë ; elle s'élève très rapidement au cours de processus inflammatoires et permet un diagnostic différentiel entre certaines pathologies.

Cryoablation : Technique consistant à détruire des tissus cancéreux par l’application locale d’un refroidissement important en respectant les tissus environnants. Une sonde de cryoablation est introduite au centre de la tumeur par voie percutanée avec un repérage radiologique (scanner, IRM ou échographique) ou par voie chirurgicale. La congélation du tissu tumoral entraîne sa nécrose (destruction), suivie d’une ischémie (diminution de l'apport sanguin) pendant la phase de réchauffement.

Cytogénétique : Partie de la génétique qui étudie la cellule et les chromosomes.

Cytokine : Substance produite par certaines cellules, et contrôlant notamment le système immunitaire.

Curage ganglionnaire : Opération chirurgicale qui consiste à enlever une partie des ganglions afin d’examiner s’ils sont atteints par des cellules cancéreuses.

Diagnostic : Démarche qui identifie la maladie à l’origine des signes ou des symptômes ressentis ou observés par le patient.

Dialyse : Procédé thérapeutique temporaire ou définitif, permettant d’éliminer les toxines (urée, acide urique) et l’eau qui sont contenues en trop grande quantité dans le sang lorsque les reins ne sont plus en mesure d’assurer leur fonction.

Dispositif d’annonce : Dispositif destiné à informer le patient du diagnostic ou d’une éventuelle rechute, ainsi que des traitements envisagés, au cours de plusieurs consultations médicales et paramédicales. Il vise également à permettre au patient d’être pris en charge par différents professionnels : psychologue, diététicien, travailleur social…

Dissémination : En cancérologie, propagation du cancer. La dissémination métastatique transforme une maladie loco-régionale, curable par un traitement local, en une maladie généralisée dont le traitement est systémique. Elle se fait essentiellement par deux voies : sanguine et lymphatique, en suivant les voies anatomiques de drainage des organes.

Drain : Tuyau utilisé lors d’une intervention chirurgicale pour permettre l’évacuation des liquides depuis la zone opérée vers l’extérieur du corps.

Dysplasie : Désigne une anomalie de maturation d'un tissu à renouvellement rapide. La dysplasie est souvent considérée, à plus ou moins juste titre, comme synonyme de lésion pré-cancéreuse.

Echographie de contraste : Il s'agit d'une échographie avec une injection intraveineuse d’un produit de contraste spécifique contenant de microscopiques bulles d’air. La présence de ces dernières permet de rendre plus visibles les vaisseaux sanguins et donc de voir si la tumeur est vascularisée ou non. Elle est utilisée pour le suivi des traitements anti-angiogéniques car elle permet de constater leur efficacité à bloquer la vascularisation de la tumeur.

Éducation thérapeutique : Ensemble d’actions proposées aux patients tout au long d’une maladie. Ces actions ont pour but d’aider les patients et leurs proches à mieux comprendre la maladie et ses traitements, de participer aux soins de façon plus active et de favoriser un retour à une vie normale. La notion d’éducation thérapeutique recouvre un large champ qui va de l’aide psychologique et sociale à l’information sur la maladie et ses traitements, en passant par l’organisation et la façon dont les soins se déroulent à l’hôpital.

Effet secondaire : Conséquence désagréable d’un traitement. Les effets secondaires n’apparaissent pas de façon systématique. Ils dépendent des traitements reçus, des doses administrées, du type de cancer et de la façon dont chacun réagit aux traitements. Il existe deux types d’effets secondaires : les effets secondaires immédiats et les effets secondaires tardifs. On parle aussi d’effet indésirable.

Embolie pulmonaire : Obstruction brutale d’une branche de l’artère pulmonaire par un caillot de sang.

Embolisation artérielle : La néphrectomie est parfois précédée d’une embolisation artérielle afin de faciliter l’intervention chirurgicale. De petits morceaux d’une matière spéciale, de consistance spongieuse et gélatineuse, sont injectés dans le principal vaisseau sanguin du rein (l’artère rénale) afin d’empêcher le sang de pénétrer dans le rein.

Emolient : Un émollient est une substance qui relâche et ramollit la peau ou les muqueuses, surtout en cas d'inflammation.

Épidémiologie : Étude de la fréquence de survenue et de la répartition des maladies dans la population.

Épithélium : Ensemble de cellules (tissu) recouvrant la surface externe et les cavités internes de l'organisme. Vers l'extérieur, il s'agit de la peau et des muqueuses (couche de cellules recouvrant l'intérieur des organes creux) des orifices naturels. Vers l'intérieur, ce sont les cavités du cœur, du tube digestif, etc… On parle de tissu épithélial ou de tumeurs épithéliales.

Équipe pluridisciplinaire : Equipe soignante constituée de plusieurs spécialistes. En cancérologie, le dossier des patients est présenté à plusieurs spécialistes afin de solliciter leur avis lors de la réunion de concertation pluridisciplinaire.

Érythropoïétine : L’érythropoïétine ou EPO est une hormone naturelle fabriquée par les reins. Elle agit sur la moelle osseuse pour stimuler la fabrication de l’hémoglobine et des globules rouges, et améliorer ainsi le transport de l’oxygène.

Essai clinique : Évaluation de l’efficacité d’un traitement ou d’une stratégie thérapeutique sur un nombre prédéfini de patients.

Examen d’imagerie : Examen qui permet d’obtenir des images d’une partie du corps ou d’un organe. Il existe deux types d’examens d’imagerie : les examens radiologiques (radiographie, échographie, scanner, IRM) et les examens de médecine nucléaire (scintigraphie, TEP).

Exérèse : Opération chirurgicale (résection) qui consiste à retirer tout ou un fragment (résection partielle) d'un organe ou d'une tumeur.

Fascia de Gérota ou fascia rénal : Il s'agit d'une fine cloison fibreuse délimitant la graisse périrénale. Son franchissement par le cancer du rein définit un stade localement avancé de la maladie (stade T4 de la classification TNM).

Ganglion lymphatique (couramment appelés ganglion) : Petit organe appartenant au système lymphatique, qui joue un rôle fondamental dans le son fonctionnement. Les ganglions lymphatiques, sont souvent disposés en chaînes ou groupés en amas. Ils sont placés sur le trajet de la lymphe circulant des tissus vers le sang : aine, aisselle, cou, etc. Certains ganglions sont superficiels et palpables chez les sujets minces, d'autres profonds et visibles à l'examen radiologique (scanner, imagerie par résonance magnétique).

Glande surrénale : Glande qui sécrète différentes hormones, notamment la cortisone. Elle est située au-dessus de chacun des deux reins et pèse environ 5 grammes.

Grade de Furhman : Score attribué aux cellules cancéreuses par l’anatomopathologiste. Dans le cancer du rein, le grade de Fuhrman est un critère pronostic anatomopathologique basé sur l’aspect des noyaux des cellules cancéreuses. Il est coté en fonction de la gravité croissante de I à IV.

Graisse péri-rénale : Graisse située autour des reins.

Guérison : Disparition des signes et des symptômes d’une maladie et et retour à une bonne santé. Dans le cas du cancer, on parle de guérison dès lors que toute trace de cancer a disparu après un certain temps.

Hématurie : Présence de sang dans les urines. On distingue : l'hématurie macroscopique qui se traduit par une coloration rouge des urines ou par la présence de caillots et l'hématurie microscopique qui n'est mise en évidence que sur l'analyse d'urine faite au laboratoire.

Immuno-histochimie : Technique de l'histologie (étude de la morphologie des cellules) destinée à mettre en évidence certains constituants cellulaires et tissulaires ayant des propriétés antigéniques (contribuant à la formation d'anticorps).

Immuno-oncologie : L’immuno-oncologie un nouveau type de traitement contre le cancer qui utilise les capacités naturelles du système immunitaire de l’organisme pour combattre le cancer. C’est une approche révolutionnaire du traitement du cancer en cela qu’elle consiste à intervenir sur les points de contrôle du système immunitaire afin de bloquer le mécanisme qui permet aux cellules cancéreuses de tromper les cellules tueuses (cellules T).

Immunothérapie : L'immunothérapie stimule les défenses normales de l'organisme afin que celui-ci lutte contre la tumeur maligne et la détruise.

Incidence : Nombre de nouveaux cas d'une maladie dans une population, pendant un temps donné.

Indice de masse corporelle (IMC) : il se calcule en fonction de la taille et de la masse et permet d’estimer la corpulence d’une personne grâce à des intervalles standards (maigreur, indice normal, surpoids, obésité). L’Organisation mondiale de la santé a défini cet indice de masse corporelle comme le standard pour évaluer les risques liés au surpoids chez l’adulte.

Infirmier de recherche clinique : L'infirmièr(e) de recherche clinique en oncologie est un(e) infirmièr(e) hautement qualifié(e) qui a acquis une expérience certaine dans la prise en charge de patients inclus dans les essais grâce à une maîtrise du protocole tant sur le plan médical qu'administratif. Ses rôles sont d'améliorer la qualité de l'information dispensée au patient, d'informer et de former les équipes soignantes, d'être le référant(e) de l'essai au près de tous les acteurs de l'étude et de contribuer à la sécurité des patients et à la qualité des essais en respectant le code de déontologie et les bonnes pratiques cliniques.

Inhibiteurs du facteur de croissance VEGF (vascular endothelium growth factor) : ce sont des médicaments qui empêchent ce facteur de croissance d'accomplir sa fonction, à savoir favoriser la croissance des vaisseaux sanguins, ce qu'on appelle aussi l'angiogenèse. Le bevacizumab (AVASTIN) est un inhibiteur du facteur de croissance VEGF qui dispose d'une autorisation de mise sur le marché pour traiter le cancer du rein.

Inhibiteurs de tyrosines kinases (TKIs) : il s'agit d'un autre type de médicaments capables de bloquer l'angiogenèse. Ils agissent en bloquant les récepteurs de différents facteurs de croissance des vaisseaux sanguins. Le sunitinib (SUTENT), le sorafenib (NEXAVAR), l'axitinib (INLYTA) et le pazopanib (VOTRIENT) sont des inhibiteurs de tyrosines kinases qui ont une autorisation de mise sur le marché dans le traitement du cancer du rein.

Inhibiteurs de l'enzyme mTOR (mammalian target of rapamycin) : ce sont des médicaments qui bloquent cette enzyme dont le rôle est de contrôler, notamment, la multiplication des cellules. Dans les cellules cancéreuses, cette enzyme se dérègle et favorise leur multiplication. Les inhibiteurs de mTOR ont la capacité de la neutraliser, de sorte que le contrôle sur les cellules cancéreuses peut être rétabli. Le temsirolimus (TORISEL) et l'évérolimus (AFINITOR) sont deux inhibiteurs de mTOR dotés d'une autorisation de mise sur le marché dans le traitement du cancer du rein.

Insuffisance rénale : Altération de la fonction rénale.

IRM : L'imagerie par Résonance Magnétique est un examen non irradiant qui utilise les propriétés des champs magnétiques et permettant d'obtenir des vues 2D ou 3D de l'intérieur du corps de façon non-invasive avec une résolution relativement élevée.

Kyste : Tumeur constituée de liquide entouré par une paroi. Le caractère bénin ou malin d’un kyste est fonction des caractéristiques de sa paroi. La grande majorité des kystes rénaux sont bénins.

Laparoscopie : La chirurgie laparoscopique, ou laparoscopie, est une technique chirurgicale "mini-invasive" où le chirurgien réalise une opération de l'abdomen par de petites incisions où sont placés des trocarts qui permettent le passage de fins instruments chirurgicaux.

Laparotomie sous costale : L’incision est située sur la face antérieure de l’abdomen, en dessous des côtes en ouvrant la cavité péritonéale dans laquelle se trouvent les organes digestifs.

LDH ou Lactate Deshydrogénase : Enzyme d’intérêt médical présente dans de nombreux organes tels le cœur, foie, rein et muscle. La lactate déshydrogénase joue un rôle important dans le métabolisme des sucres, l’augmentation de son taux signe une souffrance cellulaire non spécifique.

Leucocyte : Globule blanc.

Ligne de traitement : Un traitement est dit de première ligne lorsqu'il s'agit du premier traitement qui a été donné alors que le traitement de 2e ligne est celui qui est donné après échec du premier.

Lombotomie : Voie d’abord chirurgicale du rétropéritoine (voir la définition) permettant d’accéder à l’espace où se situe le rein. La lombotomie consiste en une incision de la paroi cutanée et musculaire sur le côté de l’abdomen en évitant d’ouvrir la cavité où se situent les organes digestifs.

Lymphe : Le liquide interstitiel circulant dans les vaisseaux lymphatiques s’appelle la lymphe. La lymphe est translucide et est issue à l’origine du sang.

Médullaire : Partie centrale du parenchyme rénal, il contient les pyramides de Malpighi (contenant les tubes collecteurs et dont le sommet correspond à une papille) séparée par des espaces où passent les vaisseaux sanguins.

Mésenchyme : Le mésenchyme désigne un tissu de soutien embryonnaire à l'origine de diverses formes de ces tissus chez l'adulte. On appelle également mésenchyme, ou tissu mésenchymateux, le tissu conjonctif (ou stroma) contenant les vaisseaux et nerfs destinés au parenchyme, le parenchyme désignant le tissu propre d’un viscère plein.

Métastase : La métastase est définie par la formation de foyers tumoraux secondaires, liée à la capacité des cellules tumorales de se détacher de la tumeur primitive, de s'implanter dans un organe à distance et de proliférer, formant ainsi de nouveaux foyers tumoraux. Il s'agit donc de la localisation d'une tumeur à distance de l'organe dans lequel a pris naissance le cancer.

Métastasectomie : Lorsque les métastases sont peu nombreuses, elles peuvent faire l’objet d’une résection chirurgicale. Il est alors question de métastasectomie.

Micro-ondes : Les micro-ondes utilisées pour l'ablation de tumeurs fonctionnent sur le même principe qu'un four à micro-ondes. Le générateur de micro-onde émet une onde électromagnétique à partir de l’extrémité d'une antenne placée dans la tumeur. Les micro-ondes interagissent avec les molécules d'eau responsables d'une élévation thermique provoquant une nécrose de coagulation.

Mini invasive : voir techniques de chirurgie mini-invasive.

Mucite : Il s'agit d'une inflammation des muqueuses liée au traitement de chimiothérapie et de radiothérapie. Elle est le plus souvent localisée au niveau de la bouche. On parle alors de stomatite. Cette inflammation peut parfois affecter l'ensemble du tube digestif et être associée à des lésions plus diffuses affectant les muqueuses génitales ou la conjonctive de l’œil.

Mutation germinale : Les cellules germinales sont des cellules destinées à devenir les gamètes (spermatozoïdes chez le mâle et ovocytes chez la femelle). Lorsqu'une anomalie est présente dans les gamètes, elle est dite germinale et peut donc être transmise à la descendance.

Mutation somatique : Les cellules somatiques représentent toutes les cellules qui ne seront jamais à l'origine de gamètes (spermatozoïdes et ovules) contrairement aux cellules germinales. Elles représentent l'immense majorité des cellules constituant un individu. Une mutation somatique est une mutation qui concerne toutes les cellules du corps à l'exception des cellules reproductices (cellules germinales ou gamètes). Ces cellules n'étant pas des cellules germinales (à l'origine des gamètes), elles ne transmettront pas à leur descendance les mutations qu'elles ont pu subir.

Néo-adjuvant : Un traitement néo-adjuvant est un traitement administré avant une intervention chirurgicale afin de réduire la taille d’une tumeur pour ensuite faciliter l'intervention.

Néphrectomie : Ablation (exérèse) chirurgicale totale ou partielle du rein.

Néphrectomie partielle : Intervention chirurgicale consistant à retirer une partie du rein, généralement en raison d’une tumeur. La néphrectomie partielle permet de conserver la partie du rein qui est présumée saine et ainsi de préserver la fonction rénale tout en traitant efficacement la tumeur.

Néphrectomie totale : Intervention chirurgicale consistant à retirer le rein en totalité avec l’ensemble de la graisse qui l’entoure.

Néphrectomie totale élargie : La néphrectomie réalisée pour cancer du rein peut parfois nécessiter en plus de l'ablation totale du rein, une ablation des organes de voisinage dont la surrénale et parfois les ganglions lymphatiques avoisinants.

Néphron : Unité fonctionnelle élémentaire du rein constituée du glomérule et du tubule avec des vaisseaux servant à éliminer les déchets de l'organisme et à élaborer l'urine.

Observance du traitement : L’observance thérapeutique peut être définie comme la capacité d’une personne à prendre un traitement selon une prescription donnée.

Œdème : Augmentation du liquide interstitiel (liquide qui filtre à travers la paroi des vaisseaux capillaires dans l'intérieur des tissus et des organes) infiltré dans les tissus (tissus sous-cutané ou autres organes comme les poumons), responsable d'une augmentation de volume de la zone anatomique présentant des oedèmes. 

Oncologie : Discipline médicale spécialisée dans l'étude, le diagnostic et la prise en charge thérapeutique des cancers. Synonyme : cancérologie.

Papille rénale : Elles est située au sommet de chaque pyramide de Malpighi et correspondant au fond de chaque calice, la papille ressemble à une pomme d’arrosoir où chaque trou correspond à l’abouchement d’un tube collecteur.

Parenchyme : Tissu assurant la fonction propre d’un organe. Le parenchyme rénal est le tissu assurant la production d’urine par opposition à la capsule qui l’entoure et assure sa forme et sa solidité.  Il comprend deux zones : le cortex et la médullaire.

Percutané : Au travers de la peau. La technique des examens percutanés consiste à introduire du matériel par une piqure au niveau de la peau, sans réaliser d'ouverture chirurgicale (exemple de la radiofréquence).

Péritoine : Le péritoine est une fine membrane qui tapisse la cavité abdominale et l’extérieur des viscères contenus par cette cavité. La cavité limitée par le péritoine est appelée cavité péritonéale.

Placebo : Un placebo est une substance inactive ou un traitement sans effet qui ressemblent à un médicament actif ou à un traitement médical véritable et qui sont administrés de la même manière. Les placebos peuvent être utilisés dans les essais cliniques contrôlés. Un groupe reçoit un placebo et l’autre groupe reçoit la substance ou le traitement faisant l’objet de l’étude; les chercheurs comparent ensuite les effets du placebo et du traitement ou de la substance active.

Polyglobulie : Augmentation du nombre des globules rouges.

Produit de contraste : En imagerie médicale, un produit (ou agent) de contraste est une substance qui augmente artificiellement le contraste permettant de visualiser une structure anatomique (par exemple, un organe) ou pathologique (par exemple, une tumeur) naturellement peu ou pas contrastée, et que l'on aurait donc du mal à distinguer des tissus voisins.

Programme Personnalisé de soins (PPS) : Description du traitement particulier proposé à chaque patient. Ce programme est élaboré au cours d’une réunion de concertation pluridisciplinaire et soumis au patient lors d’une consultation spécifique dans le cadre du dispositif d’annonce. À l’issue de cette consultation, le médecin lui remet un document qui indique le ou les traitements à réaliser, leur durée, le lieu et les dates prévisibles auxquelles ils doivent se dérouler. Le programme personnalisé de soins, parfois abrégé en PPS, peut être adapté ou interrompu en fonction de la tolérance du patient aux traitements ou de leur efficacité, et de l’évolution de la maladie.

Pronostic : En médecine, probabilité de survenue d’un événement médical établi à partir des connaissances sur la maladie et le suivi des patients atteints. En cancérologie, le pronostic concerne essentiellement la probabilité de survie et la probabilité d’absence de récidive après un traitement. Généralement, le pronostic est établi pour une durée de suivi de cinq ans.

Psycho-oncologue : Psychologues formés à la relation avec les patients atteints de cancer.

Radiochirurgie : Voir Radiothérapie stéréotaxique.

Radiofréquence : Il s’agit d’une technique d’ablation fondée sur la diffusion de chaleur au sein de la tumeur. Les radiofréquences sont des rayonnements électro-magnétiques non ionisants de moyenne fréquence entraînant une nécrose par coagulation. Elles sont appliquées au centre de la tumeur par l’intermédiaire d’une électrode positionnée essentiellement par voie percutanée. L’évolution de la lésion traitée est contrôlée par scanner ou IRM.

Radiothérapie : Traitement utilisant des radiations pour détruire les cellules cancéreuses.

Radiothérapie stéréotaxique : Cette technique qui consiste à irradier une tumeur avec une dose par séance très élevée, présente un fort potentiel thérapeutique du fait de son excellent contrôle local. Elle nécessite toutefois une précision très importante afin de minimiser les toxicités aux tissus sains adjacents. Initialement utilisée pour traiter des lésions bénignes ou malignes situées dans le cerveau ou au niveau des vertèbres, l'irradiation stéréotaxique a pu s'étendre aux localisations pulmonaires et hépatiques. Des études sont en cours afin de tester l'efficacité de cette technique sur des petites tumeurs du rein.

Récidive : C'est la réapparition de cellules cancéreuses après un traitement.

Récidive locale : La récidive locale est définie par la présence d’un cancer évolutif au site du traitement.

Rénine : Enzyme sécrétée par le rein, elle fait partie de ce qu'on appelle le système rénine-angiotensine-aldostérone dont le rôle est majeur dans le contrôle de la pression artérielle.

Rémission : La rémission signifie la disparition de tous les signes de la maladie cancéreuse après traitement.. Au bout d’un certain délai, la rémission devient guérison.

Résection : Opération chirurgicale (exérèse) qui consiste à retirer tout ou un fragment (résection partielle) d'un organe ou d'une tumeur.

Rétropéritoine : Espace situé dans l'abdomen, en arrière du péritoine, dont il est séparé par une membrane graisseuse. Les reins, les glandes surrénales et des vaisseaux sanguins importants comme l'aorte abdominale et la veine cave inférieure sont également considérés comme parties de l'abdomen, mais sont situés dans le rétropéritoine.

Réunion de concertation pluridisciplinaire : Moment d’échanges périodiques entre professionnels de santé où se discutent les traitements proposés à un patient, l’évaluation de la qualité de vie qui va en résulter et l’analyse des bénéfices et des risques qu’il encourt. Le patient est informé des traitements qui lui sont proposés et reçoit son programme personnalisé de soins (PPS).

Scanner : Le scanner, encore appelé tomodensitométrie (ou TDM) utilise les rayons X qui traversent le corps en étant absorbés proportionnellement à l'épaisseur et à la densité des zones traversées.. Il permet d'obtenir des images en coupes de quelques millimètres d'épaisseur de l'ensemble de l'abdomen ou du thorax. On parle de scanner abdomino-pelvien quand il concerne l'abdomen et les organes qui se trouvent dans le bassin. Pour un scanner thoraco-abdomino-pelvien, il s'étend du thorax jusqu'au bassin. Il est question de scanner avec injection lorsqu’un produit opaque aux rayons, appelé produit de contraste (généralement de l’iode radioactif) est injecté en intraveineux au patient pendant le scanner de façon à mieux discerner ses structures vasculaires et de caractériser la tumeur.

Scintigraphie osseuse : Examen consistant en l’injection intraveineuse d’un produit radioactif se fixant sur les os et permettant de repérer des zones de fixation anormales.

Soins palliatifs : Selon la définition de l'OMS en 2002 : les soins palliatifs cherchent à améliorer la qualité de vie des patients et de leur famille, face aux conséquences d’une maladie potentiellement mortelle, par la prévention et le soulagement de la souffrance, identifiée précocement et évaluée avec précision, ainsi que le traitement de la douleur et des autres problèmes physiques, psychologiques et spirituels qui lui sont liés.

Soins de support : Il s'agit de l’ensemble des soins et soutiens nécessaire aux personnes malades, parallèlement aux traitements spécifiques, lorsqu’il y en a, tout au long des maladies graves. Les soins de support ne sont pas une nouvelle spécialité mais se définissent comme une organisation coordonnée de différentes compétences impliquées conjointement aux soins spécifiques oncologiques dans la prise en charge des malades.

Sporadique : Se dit d'un cancer qui survient spontanément, par opposition aux cancers qui surviennent suite à des prédispositions héréditaires.

Standard : Examen ou traitement pour lequel les résultats sont connus et qui est considéré comme le meilleur examen ou traitement dans une situation donnée.

Statut ECOG : Il correspond à la présence ou non de symptômes chez le patient. Un patient asymptomatique a un score ECOG de zéro, un patient qui ne se lève plus à un score de 4.

Stroma : Voir mésenchyme.

Surrénale ou glande surrénale : Glande qui sécrète différentes hormones, notamment la cortisone, située au-dessus de chacun des deux reins et pesant environ 5 grammes.

Surrénalectomie : Exérèse chirurgicale de la surrénale.

Symptôme : manifestation anormale provoquée par la maladie sur l’organisme (gêne, douleur, brûlure, sensation d’étouffement, etc.). Un symptôme est ressenti d’une façon différente d’un patient à l’autre.

Syndrome inflammatoire : Anomalie sanguine témoignant d’une inflammation sans en préciser l’origine.

Syndrome paranéoplasique : Ensemble de manifestations associées à un cancer et évoluant en même temps que lui. Certains de ces syndromes sont dus à la diffusion dans l'organisme d'une substance sécrétée par la tumeur maligne.

Taux de filtration glomérulaire : Mesure la capacité de filtration du glomérule.

Techniques de chirurgie mini-invasive : Les traitements alternatifs à la chirurgie, dits mini-invasifs, consistent à détruire la tumeur par la chaleur (radiofréquence), ou par le froid (cryoablation), en la laissant en place. Dans les deux cas, on utilise des sondes-aiguilles pour atteindre la tumeur. Ces sondes peuvent être introduites par voie chirurgicale ou par voie percutanée (au travers de la peau) par guidage radiographique (Scanner, IRM ou échographie). D’autres techniques mini-invasives sont actuellement en cours de développement : les ultrasons focalisés à haute intensité (HIFU), l’ablation par micro-ondes, la thermothérapie induite par laser (LITT) ou l’ablation par photon radiation 11.

Thérapies ciblées ou traitements ciblés : A la différence de la chimiothérapie classique, la concept des thérapies ciblées repose sur une connaissance approfondie des mécanismes moléculaires impliqués dans la cancérogenèse. Les thérapeutiques dites ciblées sont des médicaments dirigés contre des cibles moléculaires. Ces cibles peuvent être des récepteurs, des gènes ou des protéines qui jouent un rôle dans la transformation des cellules normales en cancer et dans le développement des cellules cancéreuses. Ce peut être un anticorps exprimé à la surface ou dans la cellule cancéreuse, une molécule capable de bloquer la transmission d'un signal de division cellulaire ou encore un anticorps dirigé contre les nouveaux vaisseaux fabriqués par la tumeur qui permettent de l’alimenter. Certains agents, appelés inhibiteurs de tyrosine kinases, bloquent l’action des enzymes cellulaires qui jouent un rôle important dans la croissance et la survie des cellules, y compris dans la formation de vaisseaux sanguins qui alimentent la tumeur. D’autres agents bloquent l’action d’une protéine cellulaire (la mTOR) qui favorise la croissance et la division des cellules.

Thorax : Partie supérieure du tronc qui contient le coeur et les poumons.

Thrombus : Il s'agit d'un caillot sanguin.

TNM : Classification internationale permettant de caractériser les cancers selon la tumeur, les ganglions et les métastases (Tumor, Node, Metastase).

Tomodensitométrie : Voir scanner

Tomographie par émission de positons ou TEP : Examen qui permet d’obtenir des images précises du corps en coupes fines grâce à un traceur faiblement radioactif. Ces images sont reconstituées en trois dimensions sur un écran d’ordinateur.

Traceur : produit radioactif qui, une fois injecté dans le sang lors de différents examens (TEP, scintigraphie…), peut être visualisé dans l’organisme du patient. Le traceur, en se fixant sur différents organes, permet d’en analyser le fonctionnement. On peut alors suivre le produit à la trace sur un écran.

Traitements ciblés : voir thérapies ciblées.

Traitement curatif : Traitement destiné à guérir le cancer.

Transcutané : Se dit d'un traitement qui agit en traversant la peau, sans effraction de celle-ci (par exemple la radiothérapie transcutanée).

Trocart : Tunnel par lequel le chirurgien introduit la caméra et les instruments à l’intérieur de l’abdomen.

Tumeur : Masse ou grosseur liée à une multiplication anormale de cellules. Une tumeur peut être bénigne (non cancéreuse) ou maligne (cancéreuse).

Tumorectomie : Intervention chirurgicale consistant à enlever une tumeur.

Type histologique : L'ensemble des composants de chaque tumeur est responsable d'aspects particuliers qui peuvent être regroupés par types histologiques. Les tumeurs d'un même type présentent des critères histologiques communs. La reconnaissance de ces critères et le classement de la tumeur dans le type correspondant est à la base du diagnostic anatomopathologique de toute tumeur. Cette identification est faite par l’analyse au microscope de la tumeur ou d’un fragment de tumeur (biopsie). L’identification du type histologique est essentielle, car au sein d’un même organe, les différents types histologiques de tumeur peuvent avoir une évolutivité particulière, un mode d’extension préférentiel et une réponse variable suivant les traitements.

Urographie intra-veineuse (UIV) : Examen d’imagerie radiologique qui consiste en la réalisation de cliché de l’abdomen, avant, puis après injection d’un produit de contraste par voie veineuse.

Vaisseaux lymphatiques (ou canaux lymphatiques) : Ce sont les structures qui transportant la lymphe. Au point de jonction de plusieurs canaux lymphatiques se trouvent les ganglions lymphatiques, qui peuvent être isolés ou groupés en amas dans des zones de carrefour, notamment à la racine de la cuisse et au creux axillaire. Le système lymphatique intervient dans le processus de défense de l’organisme (défense immunitaire) en permettant la circulation partout dans le corps (même en dehors de la circulation artérielle et veineuse proprement dite) des cellules de défense (anticorps, macrophages,…) et permettre ainsi l’activation de la réponse immunitaire, dite spécifique. C’est donc un élément majeur du système immunitaire ainsi que dans la cicatrisation des tissus.

Varicocèle : Dilatation des veines de la peau des bourses.

Veine cave inférieure : Volumineuse veine dans laquelle se jettent les veines de tous les organes situés en dessous du diaphragme. Elle débute à la partie postérieure de l’abdomen par la réunion des deux veines iliaques communes et se termine en se jetant dans l’oreillette droite du cœur.

Veine rénale : Les veines rénales (veine rénale droite et veine rénale gauche) sont les veines qui drainent les reins. Le sang veineux filtré regagne la veine cave inférieure.

Vitesse de sédimentation : Il s'agit de la vitesse à laquelle les globules rouges d'un échantillon de sang contenu dans un tube étroit, se sédimentent, c'est-à-dire s'agglomèrent au fond du tube (en abrégé VS).

Voie excrétrice urinaire : Partie du rein qui assure le transport de l’urine vers la vessie. La voie excrétrice comprend, de haut en bas et de façon bilatérale, les calices et les bassinets, puis les uretères. Ensuite, la voie excrétrice est médiane et formée par la vessie puis l’urètre.

Voie laparoscopique : Voir Laparoscopie.

Voie lymphatique : Passe par les vaisseaux lymphatiques.

Voie transcutanée et voie percutanée : Voir "Percutané" et "Transcutané"

Dernière mise à jour : le 5 octobre 2015.

L'association | Les tumeurs du rein | Forum | Rencontres Patients | Actualités | Mentions légales | Contact | © A.R.Tu.R - 2012
Association régie par la loi 1901 et le décret du 16 août 1901 ; publiée au J.O. du 06.08.2005 - Association habilitée à recevoir des dons
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Sant (HAS).
Vérifiez ici.

Chercher uniquement dans des sites web
de santé HONcode de confiance :