On parle de cancer du rein localement avancé lorsque la tumeur n'est pas limitée au rein (intra-capsulaire) mais étendue aux veines majeures ou aux tissus voisins, avec ou sans envahissement de la glande surrénale ou dépassement du fascia de Gérota ou atteinte de ganglions lymphatiques régionaux, mais sans présence de métastase(s).

Selon la classification internationale TNM 2009 mise à jour en 2011 (voir sur la page diagnostic), il s'agit des tumeurs classées T3 ou T4, N0 ou N1, et M0.

Stades localement avancés

Lorsque la tumeur du rein s'est étendue localement, la chirurgie reste le traitement de référence mais seulement si l’âge, la présence éventuelle de pathologies associées, l’absence de métastases à distance et la possibilité de réaliser cet acte, le permettent et si une résection complète du cancer semble possible. Dans certains cas, l’envahissement des organes de voisinage est parfois difficile à prédire avant l'intervention.

L'intervention consistera a retirer la tumeur par une néphrectomie totale élargie, le plus souvent par voie ouverte en raison de la taille de la tumeur.

Lors de thrombose veineuse (présence d'un caillot dans la veine rénale ou la veine cave inférieure, voir schéma de l'appareil urinaire sur cette page), les chirurgiens doivent établir avec précision la stratégie opératoire. Selon la localisation du thrombus, ils sont parfois obligés d'ouvrir le thorax et pratiquer une circulation extra-corporelle, en collaboration avec une équipe de chirurgiens cardiaques, dans un centre expérimenté. Les chirurgiens doivent alors informer le patient et sa famille sur les risques de cette chirurgie et ses enjeux.

Lors de suspicion d'atteinte des ganglions voisins, un curage ganglionnaire pourra être réalisé, ce qui permettra ensuite de les analyser pour confirmer ou non cette suspicion.

Depuis l'apparition des traitements anti-angiogéniques, se pose la question de savoir si ces médicaments peuvent être utilisés avant la chirurgie dans le but de diminuer la taille de la tumeur ou du thrombus et ainsi d'améliorer les conditions chirurgicales, en particulier quand l'exérèse chirurgicale risque d'être difficile et incomplète. On parle alors de traitement "néo-adjuvant". Cette stratégie pourrait également permettre d'évaluer la sensibilité tumorale au traitement utilisé. Mais il n'est actuellement pas possible de savoir si un tel traitement risquerait d'augmenter les complications opératoires. A l'heure actuelle, ce n'est que dans le cadre d'un essai clinique qu'un traitement néo-adjuvant peut être proposé car l'efficacité d'un tel traitement n'est pas démontrée.

Dans certains cas, il pourrra être proposé à la suite de l'intervention une inclusion dans un essai clinique avec un protocole de traitement dit "adjuvant" dans le but de prévenir l'apparition de récidive. Mais actuellement un traitement adjuvant n'est pas indiqué en dehors des essais cliniques.

Référence :

Recommandations en Onco-Urologie 2010 : Cancer du rein. Patard JJ, Baumert H, Corréas JM, Escudier B et al, Progrès en Urologie (2010), 20 Suppl. 4, 319-339.

Dernière mise à jour le 16 décembre 2012

L'association | Les tumeurs du rein | Forum | Rencontres Patients | Actualités | Mentions légales | Contact | © A.R.Tu.R - 2012
Association régie par la loi 1901 et le décret du 16 août 1901 ; publiée au J.O. du 06.08.2005 - Association habilitée à recevoir des dons
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Sant (HAS).
Vérifiez ici.

Chercher uniquement dans des sites web
de santé HONcode de confiance :