Il n'existe actuellement aucune recommandation de référence pour le suivi des cancers du rein détectés précocement ou évolués. Le suivi sera plus ou moins fréquent suivant le risque de rechute qui sera évalué par l'urologue ou l'oncologue médical. Les examens complémentaires sont guidés par les symptômes et dépendent de chaque situation clinique.

Le but du suivi médical du cancer du rein est de :

  • dépister précocement une rechute, soit au niveau de la région opératoire (loge rénale ou rein restant), soit à distance (métastases).

Mais il permet également de :

  • surveiller la cicatrisation après une chirurgie,
  • suivre l’évolution de la fonction rénale,
  • détecter les effets indésirables liés au traitement,
  • maintenir la qualité de vie et faciliter la réinsertion socio-professionnelle,
  • organiser, si besoin, les soins de support nécessaires.

Après le traitement d'une tumeur localisée, le risque de rechute existe, mais ce risque est largement fonction du stade de découverte de la maladie. Après néphrectomie, environ un tiers des cancers du rein évoluent sur un mode local ou métastatique :

  • Le risque de récidive locale a été évalué à 1% ou 2% des cas après chirurgie de cancers du rein localisés sans envahissement des ganglions et sans métastases (stade T1-3 N0 M0).
  • Le risque d'apparition de métastases après chirurgie a été évalué entre 30% et 40% avec un délai médian de 15 mois.

Le risque de rechute diminue avec le temps. Les rechutes locales surviennent le plus souvent dans les deux premières années alors que les métastases peuvent survenir plus tardivement. Plus de 95% des récidives surviennent dans les cinq premières années du suivi. Mais un suivi reste souhaitable tout au long de la vie même si les récidives deviennent très rares après 10 ans.

Le suivi médical du cancer du rein peut être réalisé par l'urologue ou l'oncologue.

Il est fondé sur la clinique, la biologie (bilan sanguin), l'imagerie (scanner abdominothoracique), selon une fréquence adaptée au stade de la maladie, au traitement initial du cancer et traitements en cours ainsi qu'à certains facteurs de risques identifiés. Globalement, le suivi se fera tous les 3 mois, 6 mois ou tous les ans en fonction du risque.

Les examens complémentaires sont guidés par les symptômes et dépendent de chaque situation clinique. En cas de symptômes inhabituels (fatigue, amaigrissement, fièvre, sueurs nocturnes, troubles neurologiques, douleurs ostéo-articulaires et autres symptômes), les patients doivent savoir rappeler à leur médecin traitant qu'ils ont été traités pour un cancer du rein.

Dernière mise à jour : 21 octobre 2010.

L'association | Les tumeurs du rein | Forum | Rencontres Patients | Actualités | Mentions légales | Contact | © A.R.Tu.R - 2012
Association régie par la loi 1901 et le décret du 16 août 1901 ; publiée au J.O. du 06.08.2005 - Association habilitée à recevoir des dons
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Sant (HAS).
Vérifiez ici.

Chercher uniquement dans des sites web
de santé HONcode de confiance :